Le Corps subtil

 

La physiologie ésotérique du Yoga, particulièrement développée dans le Hatha Yoga et le Tantrisme (de "Tantra" ou Traités) est extrêmement complexe.

Le corps "grossier"(sthula-sharira) composé d'os, de muscles, de viscères, de peau, etc., est celui dont l'anatomie est connue des médecins. Le "corps "subtil" (sukshma-sharira), lui, est invisible et inaccessible aux sens: un corps parfait et magnifié, qui est , en réalité l'original dont le corps grossier n'est qu'une copie amoindrie.

Image réduite de l'univers (microcosme), on retrouve en lui tous les symboles du macrocosme: éléments, astres, forces, divinités... Le corps subtil est lui même un "mandala", un "yantra" (représentation géométrique symbolique où s'étage l'architecture complexe des forces créatrices universelles autour d'un axe central.

Le prana subtil de l'air circule dans le corps subtil à travers un réseau de vaisseaux ou canaux (nadi), la plupart extrêmement fins, certains plus importants, comme les 3 canaux centraux: Sushumna, celui du centre, Ida, celui de gauche (lié à la lune, de polarité féminine, Pingala celui de droite (lié au soleil, de polarité masculine). Ida et Pingala sont reliés aux deux narines, Sushumna au sommet du crâne; leur base commune est située à la base de la colonne vertébrale, dans le "nid" de la Déesse-serpent (koundalini), ou "feu du serpent". La koundalini, correspondance microcosmique de la "Shakti" (Puissance créatrice, Déesse) cosmique, est l'énergie lovée" qui doit être éveillée et s'élever à travers les 7 centres (chakra) qui vont la distribuer à travers tous les nadi.

  • Muladhara chakra: à la base de la colonne vertébrale (lotus à 4 pétales)
  • Svadhishthana chakra: à la hauteur des organes sexuels (6 pétales)
  • Manipura chakra: au niveau du nombril (10 pétales)
  • Anahata chakra: au niveau du coeur (8 pétales)
  • Vishuddha chakra: au niveau de la gorge (16 pétales)
  • Ajna chakra: entre les deux sourcils (2 pétales)
  • Sahasrara : au sommet de la tête ("mille pétales")

A chaque centre correspond un élément, une couleur, une syllabe magique, une divinité tutélaire, une qualité particulière de l'énergie, pour l'instanr comme "endormie", latente.

A mesure que la koundalini accomplit sa "percée" et qu'ils s'éveillent, un par un, de haut en bas, les pouvoirs merveilleux (siddhi) leur correspondant sont libérés.Quand le centre du sommet du crâne est atteint, l'état de samadhi est établi, l'Union, réalisée.